Rareté de fabrication vs rareté de conservation

On appelle « rareté de fabrication » une monnaie qui a été fabriquée en peu d’exemplaires par rapport à la demande du marché ou une monnaie qui n’a pas survécu à l’histoire. Une « rareté de conservation » est une monnaie qui est rare dans un état de conservation donné par rapport à la demande des collectionneurs.

Un collectionneur qui s’intéresse aux monnaies rares aurait tendance à considérer qu’il n’existe qu’un seul type de rareté indiscutable, c’est la rareté de fabrication. L’apport d’une graduation structurée permet d’envisager au collectionneur de prendre en considération également la rareté des états de conservation appelée graduation. Même pour des monnaies fabriquées dans de très grandes quantités, il peut être rare de trouver des monnaies dans les plus hauts niveaux de conservation.

Tous les indices de rareté présents dans les catalogues de cotation sont basés sur les quantités fabriquées ou résultantes connues. Affirmer la rareté liée à l’état de conservation nécessiterait d’avoir une vision la plus exhaustive possible sur les exemplaires connus pour un type donné, ce qui est impossible à réaliser. En revanche, un collectionneur avisé peut facilement se fixer un objectif d’état de conservation inversement lié à la quantité de fabrication.

Pour illustrer ces propos, un collectionneur peut considérer aussi rare de posséder une 20 Kopecks Nicholas II 1914 en MS-68 que de posséder une 20 Kopecks Nicholas II 1917 en AU-58.

Ce contenu a été publié dans Infos, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire